Argentine : Buenos Aires

30 janvier : Nous prenons l’avion à 9h45 avec anoraks bonnets etc… pour environ 3 heures de vol direction Buenos Aires avec la compagnie Aerolineas Argentinas. Nous arrivons à B.A. sous un beau soleil et la chaleur : vite on quitte doudounes, polaires et bonnets dont on ne devrait plus avoir besoin avant notre retour en France (en tout cas on espère). Nous nous rendons en taxi dans le quartier de Retiro chez Máximo où nous avons réservé un Airbnb. Máximo nous attendait et nous fait visiter l’appartement, il nous donne plein d’infos sur le barrio Retiro et sur Buenos Aires. Nous nous installons et partons en repérage, le secteur est super sympa puis quelques courses, et voilà encore une journée de passée trop vite à notre goût.

Retiro :

La Plaza San Martin :

31 janvier : Buenos Aires nous voici. Nous nous dirigeons vers la Plaza de Mayo. C’est ici que tous les jeudis à 15h30 les Madres de la Plaza de Mayo (quartier Microcentro) se retrouvent pour réclamer justice et reconnaissance pour les personnes disparues pendant la dictature militaire des années 70 https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A8res_de_la_place_de_Mai. C’est également d’ici que partent toutes les grandes manifestations. La place est en pleine rénovation et n’est pas accessible. Autour de la place se trouvent : la Casa Rosada (siège du gouvernement), le Cabildo (ancien hôtel de ville transformé en musée), la Cathédrale Métropolitaine (baroque) dans laquelle se trouve la tombe du général José de San Martin (vénéré par tous les argentins), c’est un très bel endroit. 

La plaza de Mayo :

Nous poursuivons notre visite en direction du quartier San Telmo. On s’arrête sur la place Dorrogo où, assis bien à l’ombre (il fait 30°), on regarde des danseurs de tango évoluer. San Telmo c’est le quartier où se trouvent tous les antiquaires de B.A.

le quartier de San Telmo :

Nous arrivons au Musée de l’Art Moderne. Nous y découvrons et apprécions des œuvres de : Sergio Avello (1964-2010), Ides Kihlen (1917-) et également une réalisation de Tomás Saraceno (1973-) intitulée comment piéger l’univers avec une toile d’araignée ? (arachnophobes s’abstenir). Puis après la culture on revient aux bonnes choses de la vie : dégustation d’une superbe glace chez Iceland un super glacier du quartier. Belle première journée de découvertes à Buenos Aires.

Avello

Kihlen

Saraceno

1er février : Il fait super beau et chaud. Ce matin nous partons à la chasse aux DAB (ATM in english et cajero automático en español). En effet difficile de trouver un DAB qui veuille bien de nos cartes françaises. Après plusieurs essais infructueux, en voilà un qui nous accepte sans oublier de nous prendre une bonne commission au passage. Il ne faut pas non plus oublier de vérifier si les billets ne sont pas déchirés, ou pire faux, ce qui est arrivé à des touristes hollandais rencontrés ultérieurement, assez « folklo » les banques argentines !!!!!! Bon, après tout ça, nous partons prendre le train à la gare de Recoleta pour nous rendre à la ville de Tigre, à l’extrémité sud du delta du Parana. À Tigre, (1 heure de train de B.A.) les habitants de Buenos Aires (les Porteños) aiment venir passer le week-end. Tigre est construite sur les canaux du delta, ses maisons sont sur pilotis. La couleur marron de l’eau (due au fer que charrient tous les ruisseaux et fleuves) n’inspire pas à la baignade mais les gens s’y baignent quand même. Tout le transport se fait par voie fluviale : l’essence, l’épicerie, les passagers, les livraisons etc….. Nous prenons le bateau pour nous rendre à Tres Bocas. Nous admirons de superbes maisons, dont celle de l’ancien président de la république Sarmiento (accessoirement écrivain ou vice versa 😁?) qui est mise sous verre, jusqu’où va l’idolâtrie !!!! Arrivés à Tres Bocas, nous nous enfonçons dans la végétation qui recèle plein de belles maisons au calme le long des ruisseaux. Il fait très chaud et bien entendu on a soif : une bière bien fraîche accompagnée de viande grillée (bife de chorizo (faux-filet) miam miam), le tout en terrasse : pas belle la vie ? Nous reprenons le bateau puis le train pour rentrer à l’appartement.

le long des canaux :

l’épicerie ambulante,       un bateau de livraison :

une « supérette » :                la station service :

2 février : Nous avons décidé de rester plus longtemps que prévu à B.A. : on s’y sent bien et il y a plein de choses intéressantes à visiter. Máximo (le proprio pour ceux qui ne suivent pas, j’en vois) nous donne encore plein d’infos particulièrement pour les spectacles de tango (pas envie de voir des trucs trop « touristiques »). Nous nous rendons au centre culturel de Retiro afin d’y réserver un spectacle, puis direction le  Recoleta, quartier bien animé, très sympa. Nous arrivons au but de la promenade : le cimetière où sont enterrées de nombreuses personnalités argentines dont la très célèbre et très adulée Maria Eva Duarte de Perón dite Evita Perón. Ce ne sera pas pour aujourd’hui, il est 17h40, et le cimetière ferme à 17h30!! (on n’est pas les seuls à trouver porte close).

le quartier de Recoleta :

On y reviendra, on flâne dans le parc Jean XXIII avant de prendre le métro pour nous rendre vers les anciens docks (Puerto Madero). Comme dans beaucoup de villes, ce quartier entièrement rénové, abrite maintenant immeubles de bureaux et d’habitations, musée, restau, bars etc… Nos pieds nous indiquent qu’il est temps de rentrer : obéissants nous rentrons !

Puerto Madero :

3 février : Nous voici repartis pour le cimetière de Recoleta (quand on dit que les Bretons sont têtus, les Savoyards aussi.). Ce cimetière a été dessiné par un français Prosper Catelin et inauguré en 1822. Cimetière extraordinaire : de grandes allées bordées de statues, des tombeaux de marbre plus imposants les uns que les autres. C’est à voir. Il faut faire la queue pour voir la tombe d‘Evita Perón, des bus de touristes sont arrivés. Et bien les deux rebelles que nous sommes quelquefois, ne s’y arrêteront même pas, na !!. On s’est fait apostropher par une guide : « il faut faire la queue » : nous : « pas intéressés,on ne fait que passer » et toc, oh les têtes de cochon.

Le cimetière de Recoleta :

Nous quittons Recoleta pour nous rendre à Palermo (le plus grand quartier de B.A.) et ses immenses parcs. Nous visitons le Jardin Japonais (dans le parc Tres de Febrero) qui a été créé en 1967 lors de la visite en Argentine de l’actuel empereur du Japon. C’est vraiment joli et très bien réussi, on se croirait au Japon : la preuve on a vu le Mont Fuji 😅! Nous nous promenons dans les rues ombragées de Palermo on s’arrête pour déguster une glace (les argentins : champions pour les glaces) avant de rentrer se reposer. Ce soir c’est carnaval dans San Telmo : il y a un groupe qui danse, chante etc… Nous restons un moment, puis la fatigue se fait sentir : un petit casse croute et on rentre à pied, il fait encore très chaud mais c’est sympa de déambuler de nuit dans cette ville.

On a enfin vu le Mont Fuji 😜 !

Palermo :

4 février : Encore du soleil et de la chaleur. Aujourd’hui on a décidé de « glander » comme on le fait de temps et temps et ça fait du bien. Lecture, musique et préparation de la suite nous occupent bien, petite balade en ville et bonne bière bien fraiche.

5 février : Journée culturelle : visite du Palais Barolo : immense bâtiment de 22 étages que fit construire  le magnat du coton Luis Barolo (achevé en 1923), conçu par l’architecte italien Mario Palanti. Une heure et demie de visite, pour découvrir ce monument inspiré de la Divine Comédie de Dante : la hauteur (100 m) fait référence au nombre de chants, les étages (22) au nombre de vers pas chant et la structure est divisée en : enfer, purgatoire et paradis : tout en haut se trouve un phare avec une superbe vue sur la ville. In fine, nous quitterons le paradis, pour redescendre sur terre, l’enfer lol. Superbe visite.

Le palacio Barolo             la vue depuis le « paradis »

Après une pause pizza au frais car le soleil chauffe fort, nous allons visiter le Palacio del Congreso. Ce bâtiment abrite la chambre des députés et la chambre des sénateurs. Il a été inauguré en 1906, mais n’a été réellement terminé qu’en 1946, a coûté beaucoup plus cher que prévu (quelle surprise personne ne s’y attendait lol) ce qui fait que certains l’appellent « le palais d’or« . Créé par l’architecte espagnol Vittorio Meano, mais terminé par l’architecte belge Jules Dormal (Meano ayant été assassiné en 1904 par son ex majordome amant de sa femme, c’était dangereux à l’époque d’être marié re-lol ).

Palacio del Congreso :

Nous rentrons dans nos pénates pour un peu de repos en passant par l’Obélisque et l’Avenida 9 de Julio (l’avenue la plus large du monde : entre 140 et 160 m selon les versions).

Ce soir spectacle de tango : juste top : même Daniel a aimé ce qui est un exploit. Dommage pour vous pas le droit de prendre des photos. (juste l’affiche)

6 février : Comme la journée est particulièrement chaude (30° à 10h00) (on veut pas narguer, mais quand même un peu), nous partons visiter le Palacio de las Aguas Corrientes (palais des eaux courantes) situé dans un magnifique bâtiment construit entre 1887 et 1894 (architectes Carl Nyströmer et Olaf Boyees : suédois).

Après cette visite bien rafraichissante où on a eu droit à un verre d’eau du réseau communal, direction le théâtre Colón : l’opéra de Buenos Aires. Jusqu’à la construction de l’opéra de Sydney, il était le plus grand théâtre de l’hémisphère Sud. La grande salle mélange le style néo-renaissance italien et le baroque français. Elle possède 7 niveaux et peut accueillir environ 2500 spectateurs assis et 3 000 spectateurs debout et possède une acoustique remarquable. Pour la petite histoire un des 3 architectes était notre ami Vittorio Meano déjà cité, on voit bien qu’il était sans doute trop occupé pour bien gérer sa vie matrimoniale  (re re lol).

le théâtre :                       galerie type « Versailles » :     la salle de l’opéra :

en attendant  :   Mozart !! 😍

Là il fait vraiment très chaud, on rentre se mettre au frais. On ressort vers 17h30 pour la visite du très beau musée Fortabat (quartier Puerto Madero). Ouvert en 2008, la Coleccion de Arte de Amalia de Fortabat est la plus importante collection privée d’Argentine. Amalia Lacroze de Fortabat (1921-2012) était la femme la plus riche d’Argentine. Le Musée comporte 230 œuvres. (peintures, sculptures etc…). Voilà se termine notre série visite de musées de B.A. Nous nous dirigeons vers la réserve écologique Costanera, La réserve fut d’abord un terrain de chantier qui avait été rempli d’eau de manière artificielle pour être ensuite urbanisé mais le terrain fut rapidement laissé à l’abandon, son projet d’urbanisme avec. Durant ces années d’abandon la nature a pu prendre ses marques et développer un écosystème. Nous ne pourrons pas nous y balader : pas de chance c’est trop tard (19h00) et la réserve ferme.

7 février : Aujourd’hui visite de la Boca LE quartier touristique de B.A. Nous retraversons San Telmo avec toujours autant de plaisir et arrivons à la Boca. On a tellement lu et entendu de choses désagréables sur ce quartier (vols, agressions, ne pas y aller à pied …) qu’on s’attendait au pire. Máximo nous avait conseillé d’y aller en bus ou en taxi. Mais en fait non, les rues « dangereuses » ne se trouvent pas sur notre chemin (et c’est très bien ainsi). Les gens que nous croisons sont très courtois et une charmante dame nous indique le chemin à suivre pour nous rendre à Caminito (la rue la plus célèbre de la Boca avec ses maisons peintes, etc….) Nous trouvons ce lieu excessivement touristique… les boutiques de souvenirs fabriqués en Chine… Franchement on n’y reste pas longtemps. On se balade au bord du canal, sur le quai se trouve une œuvre du chinois Ai Weiwei : Bicicletas forever 2017 : réalisée avec 1254 vélos en acier inoxydable, génial.

Nous continuons notre balade dans le quartier sans oublier de passer devant le mythique stade de la Bombonera (le stade de l’équipe CA Boca Juniors, où jouait Diego Maradona pour ceux qui connaissent). P.S. même Marie connaît !!

Retour au frais après 3h30 de marche sous la chaleur (pendant que d’autres sont sous la neige). En fin d’après-midi on va visiter la galerias Pacifico (une des principales galeries marchandes de B.A.) : jolie coupole, peintures murales de peintres argentins et belles boutiques. Le bâtiment fut construit par les architectes Emilio Agrelo et Raúl Levacher en 1889. Pour fêter notre dernière soirée à B.A. nous allons manger un bife de Chorizo au restaurant la Posada de 1820 que nous a recommandé Máximo, un régal (pas Máximo, la viande😍).

8 février : Dernière journée à B.A. On flâne, quelques courses, on va au D.A.B. aujourd’hui il y a la queue : seul un D.A.B. sur 4 fonctionne !! puis coiffeur pour nous deux, une parfaite réussite comme vous pouvez le constater !!!!

Puis on rentre faire nos sacs. Daniel va acheter des Alfajores. (Alfajor pâtisserie traditionnelle espagnole importée par les arabes lors de leur invasion). En Amérique du Sud elle se compose de deux ou de plusieurs biscuits, réunis par un remplissage généralement constitué de confiture de fruits ou de lait, ou de mousse au chocolat, et le plus souvent nappés de chocolat, d’un glaçage ou de sucre en poudre. c’est excellent.

On gardera un excellent souvenir de B.A. dont on a apprécié les multiples facettes, la preuve on est resté 8 jours alors qu’on en avait programmé 4.

Le soir, petit voyage en taxi pour la gigantesque gare routière de B.A. (400 mètres de long) et des dizaines de bus en rotation permanente pour toute l’Argentine et les pays voisins. Départ à 23h05 pour Cordobá dans un bus « first class » à 2 étages avec fauteuils inclinables à 180°, repas chaud, boissons, couverture et petit déjeuner. On vous racontera la suite sur le nord de l’Argentine dans notre prochain numéro lol.

 

20 réflexions sur “Argentine : Buenos Aires”

  1. Coucou les globe trotteurs!
    J’ai récupéré votre blog suite à un déjeuner avec Adeline. Quel plaisir de vous lire et de voir vos trombines souriantes! J’ai trop de retard et je ne pourrai pas tout lire mais je vais vous suivre maintenant jusqu’au bout 🙂
    Muchos besos
    Fred Amaré

    • Salut Fred bienvenue à une nouvelle abonnée. On te conseille la lecture depuis le début. C’est un des chef d’oeuvre de la littérature française du 21eme siècle et peut.être des suivants 🤣😂😅😇
      Ps on déconne
      Bises à tous les 4

  2. Bonjour ou devrai-je dire Buenos dias ????
    Comme à chaque fois sur les photos, je vous trouve toujours aussi en forme après tous ces kilomètres de marches, heureusement que les miles avion et km cars, vous transféraient sans trop de fatigue.
    Profitez bien de vos 2 derniers mois hors de chez vous.
    Gros bisous et prenez soin de vous.
    C et J

  3. Bonjour les aventuriers !

    Je suis de manière irrégulière vos périgrinations , et j ‘ai plaisir à vous voir enchantés de votre parcours !
    Je pense que vous serez aussi trés content de retrouver votre chez vous !

    Thierry

    Merci

  4. encore une bien belle découverte! cette ville est magnifique!

    profitez de ces magnifiques décors et du soleil !

    bisous
    Danielle

  5. Coucou

    Le coiffeur top!!!Vous êtes beau tous les deux.

    Mon fils Fabien m’avait dit que BA était TOP, ca se confirme.
    il y est resté 2 mois.
    Beaucoup de jeune m’a-t-il dit.

    Continuez bien
    Bizzzz

  6. Salut les intrépides !!!

    Super le reportage.
    Quelle chance : après le tango, le paradis…
    À votre retour vous allez pouvoir nous initier au tango argentin. Super
    Profitez bien de la chaleur car pour nous c’est « gla-gla  »
    Trêve de plaisanterie vous avez l’air d’avoir vu des choses magnifiques.
    On se régale toujours autant de vous suivre.
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*