Chili et Argentine : le Grand Sud

14 janvier : Nous voici prêts pour le grand sud, nous avons préparé les polaires, bonnets, gants et vestes chaudes. Nous profitons une dernière fois du soleil et de la chaleur de Santiago : petit déjeuner en terrasse etc… Nous partons ce soir par bus (de nuit on y prend goût) pour Puerto Montt à environ 1000 km au sud de Santiago.

15 janvier : Arrivons sous un temps gris et venteux vers 9h00 à Puerto Montt. Nous allons récupérer la voiture que nous avons réservée afin d’aller visiter l’île de Chiloé. En route pour Pargua où nous prenons le ferry. Après environ ¾ heure de traversée, nous arrivons à Chacao et filons en direction de Castro (ville principale de l’île de Chiloé).

Arrivée vers 14h30, Raquel chez qui nous allons loger 3 nuits est venue nous attendre à l’entrée de la ville. Accueil très chaleureux (dans tous les sens du terme : le feu ronfle dans le poêle !!). Nous partons en ville afin d’aller voir les fameux palafitos (maisons en bois sur pilotis) et la cathédrale en bois recouverte de tôles peintes en jaune et violet. On s’est également payé un petit tour en bateau dans la rade afin de voir la ville autrement. Retour à la « cabañas », préparons la journée de demain et au dodo.

Palafitos :

Cathédrale de Castro et ses drôles de paroissiens :

Castro :

16 janvier : Au réveil, il fait « frisquet » dans la maison, on allume le poêle. (Pour info : sur l’année, la température moyenne à île de Chiloé est de 11,2°C et les précipitations sont en moyenne de 871,2 mm ! ceci explique cela.). Aujourd’hui visite de quelques unes des églises de Chiloé, qui en compte 161 (églises et chapelles). Les églises de Chiloé forment un style architectural unique en Amérique et sont parmi les édifices les plus remarquables de l’architecture chilote. À la différence de l’architecture coloniale espagnole classique, les églises de Chiloé sont entièrement bâties en bois local et font un usage extensif de bardeaux de bois. Elles ont été conçues pour résister au climat océanique humide et pluvieux de l’archipel. cf Wikipédia. Nous allons à Tenaùn, puis San Juan, Dalcahue. Nous prenons un ferry pour nous rendre sur la petite île de Quinchao, où se trouve la plus vieille église de l’archipel, à Achao (1740) classée au patrimoine de l’Unesco. Belle journée pas trop arrosée (janvier et février sont les moins les plus « secs »). On rentre sur Castro, mais petit problème de GPS sur le smartphone, pas moyen de retrouver la rue où nous logeons. Après un certain temps de recherches infructueuses on décide de redescendre en ville acheter une recharge internet dans une pharmacie (au Chili, on recharge son forfait téléphonique dans les pharmacies). La démarche s’avère payante (dans tous les sens du terme) puisque le GPS refonctionne, ouf on pourra dormir au chaud ce qui est préférable sur Chiloé lol.

Quelques églises de Chiloé :

Tenaun (1837)

San Juan (1887)

Dalcahue (1858)

Achao la plus ancienne de l’île (1740)

Chequian

au fil des balades

17 janvier : Nous décidons d’aller jusqu’au bout de l’île à Quellon qui est le terminus de la route n° 5 Sur (pour son appellation au Chili) dite route « panaméricaine » qui commence en Alaska et se termine à Ushuaïa. C’est histoire de dire qu’on est allé au bout, parce que ce n’est pas folichon folichon et en plus il pleut (c’est habituel dans l’île !!!!!!). Maintenant direction lac Cucao, arrêt à Huillinco, nous nous promenons sur la plage, le lac est très agité.

Nous continuons la route jusqu’au Pacifique avec grande promenade sur la plage. Il y a un gars courageux (ou inconscient peut-être) qui s’est baigné !!! Le temps n’est pas assez beau pour faire une balade dans le parc national dommage.

18 janvier :

Volcan ?? vers Puerto Montt

Retour à Puerto Montt d’où nous prenons l’avion pour Punta Arenas (toujours plus au sud toujours). Punta Arenas est très ventée : confirmation, l’arrivée en avion a été bien secouée (vous pouvez imaginer comme Marie se sentait à l’aise!!). Samuel, le propriétaire de la Guest House Samarce où nous avons réservé nous accueille chaleureusement. On ne répètera jamais assez combien les chiliens sont sympas !! La G.H. est super agréable, très conviviale on s’y sent tout de suite à l’aise. Nous allons flâner un peu en ville sous le soleil mais il fait un peu frais !!! puis repas au restaurant la Luna (décor sympa, mais trop de touristes et prix en conséquence) avant un gros dodo.

La Luna

19 janvier : Au petit déjeuner, c’est très cool plein de nationalités : suédois, biélorusse, taïwanais, coréens du sud et nous. Ça jacasse, ça jacasse. Ensuite balade en ville (qui ne présente pas un intérêt majeur 120 000 habitants environ) et nous partons réserver une sortie bateau dans le détroit de Magellan pour demain, ainsi que le bus pour Ushuaia pour le surlendemain : on est débordé, débordé …. On rentre car il faut qu’on peaufine un peu la suite du voyage. Pour l’instant on est fixé jusqu’à El Calafate, après on ne sait pas trop. En fin d’après-midi, nous partons visiter le cimetière municipal de Punta Arenas sous la pluie et le vent. On se dit que les habitants doivent passer beaucoup de temps chez eux compte tenu du climat assez hostile. Repas à « la Marmita » : très bon restaurant.

Punta Arenas :

20 janvier : Nous avons rendez-vous à 13h30 à l’embarcadère de Très Puente d’où nous prendrons le bateau pour nous rendre sur l’île Magdalena. Le temps est relativement beau avec beaucoup de vent, on décide de se rendre à pied jusqu’à l’embarcadère, en longeant le détroit de Magallanes (Magellan) sur 5 km.

A 14 heures, départ pour l’île, Daniel est ravi depuis le temps qu’il rêvait d’aller sur le détroit. L’île Magdalena héberge une immense colonie de manchots de Magellan (of course) (environ 60000), elle est nommée monument naturel Los Pingüinos. On débarque sur l’île après 2 heures de navigation. La visite, très encadrée, dure une heure. C’est trop drôle tous ces pingouins qui se baladent, qui nous regardent, qui se chamaillent, qui « trompettent ». Le passage devant le phare est bien agité : le vent est tellement puissant qu’il nous pousse !!! Puis on reprend le bateau pour le retour qui sera encore plus secoué que l’aller, le vent s’étant renforcé. Arrivés au port, nous prendrons un taxi collectivo pour rentrer car nous n’avons pas le courage de le faire à pied : il fait trop froid. La journée se termine par un super repas dans un restaurant tenu par un chef français (on est les meilleurs en cuisine, c’est certain lol) Nous rentrons faire nos sacs : demain « Vamos a Ushuaia ».

Embarquement pour l’île Magdalena :

l’île et ses habitants :

les intrus :

21 janvier : départ pour Ushuaia à 8h15 pour 11 à 12 heures de bus. On traverse le détroit de Magellan à San Grégorio sous un ciel gris et froid, on aperçoit la terre de feu au loin.

Et nous voici arrivés sur la Isla Grande de Tierra del Fuego. Nous roulons jusqu’à San Sebastian où se trouve la frontière entre le Chili et l’Argentine. Les paysages de Patagonie sont assez monotones jusqu’aux environs de Tolhuin. Ensuite montagnes, lacs etc c’est très beau ….

Nous arrivons à Ushuaia ( 60000 habitants) vers 19h00, sous le soleil. Encore un peu de marche afin de se dégourdir les jambes en direction de l’hosteria Kupanaka. Super la chambre est très bien chauffée (ici on chauffe toute l’année) la température moyenne en été est de 10 degrés mais avec le vent permanent le ressenti est nettement plus proche de zéro. Nous réservons notre sortie bateau (encore) pour demain : navigation sur le canal de Beagle : but ultime de notre visite dans la ville la plus au sud du monde. Puerto Williams (Chili) étant le village le plus austral. Nous admirons la vue sur le canal et les montagnes environnantes.

Ushuaia :

22 janvier : Ce matin balade en ville, puis visite du Musée Maritime d‘Ushuaia qui se situe dans l’ancien bagne. Ushuaia a été colonie pénitentiaire de 1905 à 1947. Le Musée abrite le Musée Maritime, le Musée du Bagne, le Musée Antarctique, le Musée Policier et Pénitentiaire, le Musée d’art Marin et deux galeries d’art. Visite super intéressante.

Nous voici prêts pour la balade sur le canal : le temps s’est bien dégradé : pas grave on est bien au chaud dans le bateau, pour voir les cormorans géants, la colonie de lions de mer et le phare des Éclaireurs situé dans le canal Beagle, mis en service le 23 décembre 1920 (ne pas confondre avec le phare du bout du monde). Il fut construit par des français, mesure 11 m de haut et 3 m de diamètre. Malgré la pluie et le vent on fait des photos. Retour à l’hôtel sous un température glaciale (Ushuaia est à 1000 km seulement de l’Antarctique). Et voilà notre virée (de courte durée) à Ushuaia se termine. Demain retour pour Punta Arenas pour un dodo avant de partir en direction de Puerto Natales.

23 janvier : Nous amorçons notre remontée vers le Nord. Départ d‘Ushuaia à 8h15. A midi nous arrivons à la frontière : nickel en deux temps trois mouvements nous sortons d’Argentine, par contre l’entrée au Chili prend plus de temps : les chiliens contrôlent les bagages pour vérifier que les voyageurs n’entrent pas avec des fruits, légumes et autres denrées alimentaires fraîches (un vrai contrôle à l’ancienne, sous les sourires narquois des touristes, il y a un scanner prévu pour les contrôles mais il est dans son emballage !!!!!!!) Résultat de 2 heures de contrôle : rien, chou blanc 😋 (humour)

Nous entrons finalement au Chili à 14h00 !! A nouveau le détroit de Magellan qui est bien agité cette fois. Nous arrivons enfin à Punta Arenas, il est 19h30. On se rend à la Guest House Rynaike pour cette nuit.

24 janvier : Nous profitons de notre matinée tranquille (rien de prévu) pour avancer sur l’article. A 14h00, bus pour Puerto Natales (dernière étape chilienne) que nous atteignons 3 heures plus tard. Les paysages le long de la route commencent à changer : un peu plus de vert, des arbres. Puerto Natales (peuplée à l’origine par les Amérindiens Alakalufs et Tehuelches) se trouve au bord du fjord Última Esperanza, c’est la ville base pour se rendre dans le parc national Torres del Paine (8ème merveille du monde selon les chiliens, peut être un peu prétentieux les locaux? 😘). Nous logeons pour 3 nuits à l’hôtel Baquedano. Encore un accueil au top, le patron et sa famille se mettent en 4 pour nous rendre service. Vite quelques courses et un bon gros dodo. Demain nous irons vérifier que le parc est bien la 8ème merveille du monde.

25 janvier : Départ à 10h30 avec la compagnie Turismo Laguna Azul, dans un minibus pour 8 touristes, plus le chauffeur et le guide. Le Parc du Torres del Paine se trouve à 120 km de P.N. Nous nous arrêtons au bord du Fjord Última Esperanza afin d’admirer la belle sculpture « la main » copie de l’œuvre réalisée par l’artiste chilien Mario Irarrázabal dans le désert d’Atacama.

Ensuite visite des grottes du Milodón. Ce mammifère (famille des paresseux, on en connaît plein re lol) vivaient dans cette région il y a environ 14500 ans.

Nous arrivons enfin à l’entrée du parc à 14h00 et la visite commence. Nous sommes d’accord avec les chiliens, c’est vraiment très beau, nous avons une chance inouïe, soleil et presque pas de vent. Le point culminant du Torres del Paine est le Paine Grande (3050 m). L’épaisseur de glace de certains glaciers peut atteindre plusieurs centaines de mètres (il paraît, on n’a pas mesuré). Retour vers 21 heures après une très belle journée de balade.

Nandou

Vigognes

26 janvier : « Découverte » à pied de Puerto Natales, les bords du fjord, la ville, etc…   Retour  à l’hôtel pour finir l’article sur SPA et vous l’envoyer, et voilà notre séjour chilien se termine aujourd’hui. Demain départ pour El Calafate en Argentine.

Dans ses gènes !

Symbolisent le vent

Nous laissons le Chili avec un petit pincement au cœur tellement nous avons apprécié ce pays, ses habitants, ses paysages, ses bus (🚌)…. Nous y reviendrons peut-être car il y a encore tellement d’endroits à découvrir.

27 janvier : départ à 7h30 pour El Calafate, nous arrivons à la frontière chilienne que nous passons rapidement (pour sortir ça va plus vite que pour rentrer 😍) puis la frontière argentine (aussi rapide). Les paysages sont un peu toujours les mêmes. Nous arrivons dans la région d’El Calafate, jolie vue sur le lac bleu Argentino et les montagnes environnantes. Nous logeons à l’hôtel Florès del Sur  à proximité du centre ville. El Calafate (20 000 habitants) est la ville base pour atteindre le glacier Perito Moreno et ne vit que par et pour le tourisme. On le constate vite en remarquant les boutiques de sport, les magasins de souvenirs, les nombreux hôtels restaurants ainsi que les flots de touristes qui déambulent dans la rue principale.

la douane au milieu de nulle part

28 janvier : bon anniversaire Jérôme. Grande journée : découverte du glacier Perito Moreno, à 80 km environ d‘El Calafate. On rêvait depuis longtemps d’aller admirer cette merveille de la nature. Situé dans le parc national Los Glaciares il mesure 30 km de long, a une superficie de 250 km², sa hauteur varie de 40 à 70 m. Il fait partie des 48 glaciers alimentés par le champ de glace Sud de Patagonie (Chili et Argentine). Nous n’aurons qu’un mot : MAGNIFIQUE. Ce glacier qui avance de 60 cm par jour est phénoménal. Il émet des sons en permanence (craquements, grondements, coups de tonnerre) et régulièrement de gigantesques morceaux de glace tombent dans les deux lacs distincts (Roca et Argentino) qui se trouvent au pied du glacier. Le spectacle est fascinant, nous sommes restés deux heures à le regarder. On se demande d’ailleurs maintenant si ce n’est pas le Perito Moreno la huitième merveille du monde. Et pan sur le bec des chiliens, qu’ils s’occupent des contrôles patates, carottes et bananes. Retour à l’hôtel vraiment enchantés de cette découverte, même si nous avons eu droit aux 4 saisons dans une seule journée.

Sur la route :

Glacier PERITO MORENO :

29 janvier : dernière journée à El Calafate. Nous ne faisons rien, il faut reposer nos organismes, nos vieilles douleurs se sont réveillées avec le froid et l’humidité. Cela ne nous a pas empêché d’être une fois de plus émerveillés par tout ce que nous avons vu. Demain nous nous envolons pour Buenos Aires où nous allons retrouver chaleur et soleil.

Sauvés, demain on repart vers le chaud

 

 

22 réflexions sur “Chili et Argentine : le Grand Sud”

  1. Je me suis régalée avec vos magnifiques photos comme je vous envie! le récit nous fait voyager et les photos rêver, Merci . gros bisous
    coco

  2. Vraiment trop fans de vos aventures ; finalement il manque juste le son pour les pingouins et le glacier car ça doit être quelque chose de vivre ça ; peut-être pour la prochaine fois ,,,😁
    Bises à vous deux

    • Salut les fans lyonnais.
      Effectivement c’était de l’aventure.
      Pour le son, on a essayé de mettre des vidéos sur le blog : échec. On essaiera dans un prochain du tour du monde.🤗🤗
      Grosses Bises et à pluche….

  3. Bonjour,
    C’est toujours un régal de vous lire, de voir les belles photos et l’humour est toujours là. On vous reconnaît bien dans vos commentaires !!!
    Quel plaisir de découvrir vos messages.
    Avez-vous retrouve un peu de chaleur?
    Bisous

    • Bonjour Marie
      Merci pour tes commentaires bien sympas. Contents de te lire. On te rassure à Buenos Aires il fait beau et chaud (30°) tout va bien. Nous continuons notre route
      Bisous et à bientôt

  4. Je connais ce glacier, je l’ai vu à la télé, dans le canapé!
    Après quelques bières! c’était encore plus beau, lol
    Merci pour la carte mes amis luisants!
    et bonne continuation!
    Jojo

  5. Bonjour à tous les deux, très jolis ces paysages, beaucoup de glace, mais…. il est où le pastis ?
    Bonne route et à bientôt
    Bisous
    Michèle et Daniel

  6. superbes les photos ; glagla quand même gros bisous à tous les deux de nous deux

  7. Quel spectacle!!! ce glacier est magnifique!! et quels dépaysements!!

    par contre « fin del muondo »….. il va peut être bien falloir envisager de rentrer… lol

    profitez bien
    gros bisous et merci

  8. Super ! Magnifique toutes ces photos et le glacier, c’est magistral !
    Merci pour tout ce temps consacré aux articles et pour nous faire partager de si beaux moments ! Portez-vous bien !

  9. Ce nouveau récit de voyage donne le tournis!!! bus, avion, bateau, ferry, taxi et re-bus et minibus mais toujours aussi intéressant!
    Etes-vous devenus catholiques en visitant les belles églises de Chiloe?
    Pour moi, superbe journée à la montagne: ciel bleu, neige et soleil!
    Amitiés

  10. Coucou

    Trop beau🤗🤗
    J’avais vu un reportage sur ce glacier!

    Continuez bien
    Bizz à tous les d’ex