Pause en Malaisie : une bonne ambiance.

La Malaisie est composée de deux parties distinctes : la partie continentale est située au sud de la Thaïlande où se trouve Kuala Lumpur (la capitale), la Malaisie orientale se trouve sur la partie nord de l’île de Bornéo. Nous resterons sur la partie « continentale » du pays. Cette étape malaisienne sera plus relax qu’au Japon. Nous avons décidé de nous reposer un peu après 32 jours nippons (ni mauvais d’ailleurs, c’est drôle ça  !!!). Nous visiterons Kuala Lumpur, Penang/George Town, et Malacca.

21 août : après 7h30 de vol, nous arrivons à l’aéroport de Kuala Lumpur il est 23h00. Nous récupérons vite nos sacs, et fonçons prendre les tickets pour le taxi, car l’aéroport se trouve à environ 50 km de la capitale et à cette heure-ci, nous n’avons pas le courage de prendre le train rapide, puis le métro pour rejoindre notre hôtel (de toute façon après minuit plus de métro donc…). Nous arrivons à l’hôtel, faisons le « check-in », récupérons la chambre, douche et au dodo. Super grande chambre, grand lit (king size) on se dit top on va bien dormir. Et bien même pas vrai : toute la nuit il y a le bruit de la rue (au 15ème étage ça passe encore ), mais surtout les climatisations et ventilations des centres commerciaux et autres buildings autour qui tournent en permanence. Nous avions l’impression d’être encore dans l’avion, mais en business car nous étions allongés, avec le bruit des réacteurs✈!! Pour une fois qu’on voyage en business sans bouger 😜

22 août : nous avons demandé à changer pour une chambre moins bruyante, mais quand même ce n’est pas le silence de nos campagnes. Par contre nous sommes super bien situés à 5 minutes à pied des tours Petronas, dans le quartier d’affaires  KLCC (Kuala Lumpur City Center). Nous partons en exploration de bon matin (c’est réglé comme du papier à musique notre programme, vous avez l’habitude maintenant). Nous arrivons au pied des tours jumelles : gigantesques et grandioses, puis nous nous promenons dans le KLCC parc qui se trouve derrière les tours. Nous allons réserver nos billets pour la visite des tours le lendemain. Ici aussi ils aiment les personnes d’âge mûr : moitié prix. En y allant, nous voyons que le 25 août il y a un concert de musique classique dans la tour. Nous allons voir s’il reste des places et oui : top (ps encore des  remise pour les anciens : ça a du bon de prendre de l’âge parfois lol !!!!). Nous rentrons à l’hôtel après nous être encore promenés un peu. On vous a dit qu’on faisait cool et puis il fait chaud et ça fatigue les montagnards toujours pas habitués aux températures exotiques depuis 4 mois re-lol.

23 août : Aujourd’hui visite des tours Petronas. Ces tours ont été conçues par l’architecte César Pelli (vous vous souvenez le gratte-ciel Abeno Harukas d’Osaka). Les tours mesurent 451,9 mètres de haut, elles comportent 88 étages et 76 ascenseurs, dont 29 à grande vitesse qui permettent de rejoindre le dernier étage en moins de 90 secondes. Il faut deux mois pour nettoyer les 32 000 fenêtres. Ce sont les tours jumelles les plus hautes et le 5ème plus haut gratte-ciel du monde. Le pont-passerelle aérien qui relie les deux tours est aussi le plus haut du monde. Il a deux étages, et de là on a une super vue panoramique sur Kuala Lumpur. Nous montons donc au 41ème étage pour aller sur le pont passerelle. On voit bien le quartier ultra moderne dans lequel nous sommes, avec au pied des gratte-ciels, un cimetière, des vieilles maisons. On pense qu’avec la frénésie de construction de Kuala Lumpur, ces vieux quartiers vont disparaître un jour. Puis nous reprenons un nouvel ascenseur pour nous rendre au 86ème étage où se trouve la terrasse (fermée on vous rassure et ça nous rassure aussi 😀) panoramique. Quelle vue splendide sur la ville, les alentours et sur l’autre tour !

Après cette visite qui nous a enchantés, nous partons jusqu’au bureau d’information pour touristes de la ville, qui se situe dans la Kuala Lumpur City Gallery. A la sortie du métro, rien d’indiqué on n’est pas au Japon lol : bon ça commence mal tout ça. Comme on n’a pas de plan on y va au pif, et bien il devait être bouché : on s’est complètement trompé de sens. Pas grave après avoir tourné, questionné et requestionné les passants, traversé des quartiers bien moins beaux que le KLCC, nous y sommes arrivés. Pour les infos, comme pour la carte du centre ville, c’est très succinct. On va se débrouiller avec notre Lonely Planet et internet. On déambule  jusqu’au Square Merdeka (= place de l’indépendance en Malaisien) où se déroulent les préparatifs pour la fête nationale qui aura lieu le 31 août (en voila une date importante !!!!). Dommage pour les photos des bâtiments autour de la place : plein d’estrades devant : pas possible. C’est sur cette place que fut hissé le drapeau malaisien le 31 août 1957.

Suite à l’info donnée par la personne de l’office du tourisme, nous prenons le train pour nous rendre au terminal des bus afin d’acheter notre billet pour Georgetown. Il vaut mieux y aller en métro (35 minutes au lieu d’1 h ½ !! par le train). On se doutait bien qu’elle était un peu nunuche la préposée aux renseignements mais pas grave, car dans le train nous avons discuté avec deux malaisiens, bien sympas. Un des deux nous a d’ailleurs accompagnés jusqu’aux guichets du terminal des bus et nous a expliqué où prendre notre bus. Merci à lui.

24 août : ce matin, visite de Chinatown. Le quartier grouille de monde : principalement des touristes. On fait assez vite le tour des 4 ou 5 quartiers intéressants de K.L. , les gens sont sympas et comme dit une certaine personne : il y a une bonne ambiance. Nous le savions et voulions avoir du temps libre pour avancer sur notre programme de l’Amérique du Sud. C’est ce que nous ferons cet après-midi.

25 août : Visite du quartier Bukit Bintang. C’est un quartier qui abrite de nombreux cafés, pubs, hôtels, restaurants et centres commerciaux. Nous déposons notre linge dans une laverie automatique et reviendrons trois heures plus tard le récupérer. Retour à l’hôtel pour déposer nos sacs de linges propres et mince un des deux sacs n’est pas à nous. On repart en métro à la laverie, en espérant que l’autre personne ne soit pas venue prendre notre linge. En tout cas Marie l’espère car ce sont ses habits qui sont restés là-bas. Elle avait déjà envisagé de tout racheter, à se demander si elle n’avait pas élaboré en douce un plan foireux avec le commerçant pour changer sa garde robe !! Nous avons récupéré le bon sac avec les bons habits. A cause de cet incident technique indépendant de notre volonté, notre visite prévue à l’Aquarium de K.L. est tombée à l’eau 🤔. On fait quelques courses pour le trajet de demain, et nous nous préparons pour aller au concert en tenue « smart and casual » comme précisé sur le ticket. La salle de concert au 2ème étage d’une tour Petronas est magnifique, l’acoustique excellente, le programme aussi, au programme : Vaughan Williams (anglais),  Camille Saint-Saëns  et deux compositeurs que nous découvrons : Zoltán Kodály (hongrois) et Jun Yi Chow (malaisien). L’orchestre Malaysian Philharmonic Youth Orchestra fête ses 10 ans d’existence. Très belle soirée qui termine bien notre séjour à K.L.

26 août : il pleut quand nous quittons K.L. en bus, pluie qui nous accompagnera une bonne partie du trajet. Les paysages sont « monotones » forêt tropicale bien épaisse qui doit renfermer plein de vilaines bêtes (serpents, crocodiles et autres créatures …) ou immenses plantations de palmiers. Nous dormons (enfin Marie surtout) une bonne partie du trajet qui durera 7 heures au lieu des 5 heures prévues mais on est blindé on a fait les bus du Népal, non mais!!. Nous sommes samedi et l’autoroute est, comme chez nous, bien encombrée : départ en vacances un week-end oblige. Nous arrivons à Butterworth (souvenir de l’occupation anglaise), ville en face de l’île de Penang, où le bus nous dépose. Nous ferons la traversée sur un ferry qui a pas mal de miles au compteur mais c’est du costaud (enfin on a pensé ça seulement lorsqu’on a posé le pied sur Penang). Nous voyons la pluie arriver au fur et à mesure de notre approche de George Town (capitale de l’état de Penang). Quand nous descendons du ferry : déluge asiatique. Nous décidons de prendre un taxi, car l’hôtel (Muntri Mews) se trouve à 800 mètres du terminal et la pluie est bien drue et mouille hyper bien en Asie.

sur le ferry

27 août : voilà 4 mois que nous sommes partis pour notre tour du monde. Le temps passe vite, il faut dire que nous ne nous ennuyons pas trop lol. Même quand nous ne faisons rien ou pas grand chose, comme ici en Malaisie. Nous sommes toujours aussi enthousiastes et enchantés par ce que nous découvrons (les sites, les paysages, les gens, les différentes cultures, …)

Aujourd’hui première découverte pédestre du centre de la « vieille ville coloniale » de George Town qui fut fondée en 1786 par Francis Light pour la Compagnie Anglaise des Indes Orientales, et baptisée ainsi en l’honneur du roi George III. Le centre ville est classé au patrimoine mondial de l’Unesco, ce qui l’a sauvé d’une destruction quasi certaine. En allant à l’office du tourisme (très bons renseignements), nous voyons plein de stands de nourriture dans les rues : il s’agit du « Mini Food Carnival ». On peut manger pour 2 RM (env. 40 centimes) par portion. George Town est connue en Malaisie comme la ville du bien manger. Nous venons de finir notre petit déjeuner et n’avons pas vraiment faim, en plus la majeure partie des plats est à base de crevettes ou autres fruits de mer donc pour Daniel pas possible. Après nous allons acheter nos billets de bus pour Malacca (départ le 1er sept.). En passant, nous trouvons un coiffeur (un vrai) où Marie changera de couleur. Le blond platine ce n’est pas son truc. Ouf expérience réussie cette fois-ci. Nous rentrons tranquillement à l’hôtel, avant d’aller dîner le soir au « Red Garden » : espace couvert aménagé avec de multiples stands des différentes cuisines qu’on trouve en Malaisie (chinoise, malaisienne,  thaï, vietnamienne, japonaise, occidentale, …) et au centre une grande place avec tables et chaises. On choisit notre table, ensuite notre plat, notre boisson, et un serveur vient tout nous apporter. Il y a de la musique et des chanteurs, c’est vraiment très sympa et s’y côtoient les locaux et les touristes dans une « très bonne ambiance » lol.

28 août : ce matin le temps est gris, à la pluie, mais il fait chaud (ça c’est vraiment bien). Programme du jour :

Visite de la Maison Bleue (clin d’œil pour les verres luisants !!). Cette maison compte 38 pièces, 220 fenêtres, 5 cours intérieures et 7 escaliers. Sa couleur bleue provient d’une peinture à la chaux teintée d’indigo. La « Blue Mansion » a été construite pour un chinois hakka https://fr.wikipedia.org/wiki/Hakka, Cheong Fatt Tze. Arrivé de Chine (province de Guangdong) sans un sou à l’adolescence, et après avoir épousé la fille de son patron, il s’est bâti un vaste empire financier en Asie orientale, ce qui lui valut les surnoms de “Rockefeller de l’Orient” et de “Dernier Mandarin”. En 1990 le bâtiment a été complètement restauré et transformé en hôtel de luxe.

Visite de la Pinang Peranaka Mansion (Maison Verte). La maison est vraiment verte et bien voyante. C’est une des plus belles maisons restaurées de George Town. Certaines scènes du film Indochine y ont été tournées avec Catherine Deneuve, la classe française pour les Malais et c’est « bin vrai« . Toutes les portes, tous les murs sont sculptés et très souvent recouverts de feuille d’or. On y trouve des meubles en bois incrustés de nacre, de très beaux costumes chinois, des photos anciennes de la famille ayant vécu ici. Cette maison appartenait à Chung Keng Quee, un « commerçant » du 19ème siècle (opium et prostitution), chef d’une société secrète, une triade c’est-à-dire  un gangster. C’était aussi l’un des Baba-Nyonya (descendants des pionniers chinois ayant assimilé la culture malaise). On peut être amené à penser que pour devenir riche, ce n’est pas la peine de travailler il suffit de bien se marier ou d’être un voyou, à méditer 😇.

La pluie s’étant arrêtée nous sommes partis visiter les « clan jetties« . À la fin du 18ème et au début du 19ème siècle, Pengkalan Weld (route du bord de mer de George Town) formait le cœur d’un des ports les plus prospères au monde et le travail n’y manquait pas pour les immigrants qui ne cessaient d’affluer. Une communauté de Chinois se développa autour du quai, construisant des maisons flottantes et sur pilotis le long des docks branlants. Ces zones d’habitations furent appelées “clan jetties”. Il ne reste plus que 6 jetées sur les 7 originelles (1 étant détruite par un incendie). Sur chaque jetée, on trouve des maisons d’habitation, un ou plusieurs temples, des petits commerces. Les cinq clans principaux des jetées sont Lim, Chew, Tan, Lee et Yeoh.

Ce soir nous sommes allés manger une pizza dans « Love lane« . On ne sait pas vraiment pourquoi cette rue s’appelle ainsi. Une légende dit que c’était la rue des maisons closes au 19ème siècle où venaient les marins et les soldats, une autre dit que les riches commerçants chinois de la rue d’à côté (Muntri Street où nous logeons) y entretenaient leurs maîtresses. Maintenant c’est une rue pleine de restaurants et bars happy hours très fréquentée par les touristes mais sans grand intérêt.

29 Août : Journée cool, nous partons à la découverte des peintures murales et des sculptures disséminées dans la vieille ville : « street art ». Ce street art a commencé en 2009 avec une exposition artistique dans George Town : « Making George Town« . Cette exposition grandeur nature a donné une impulsion artistique à Penang. Lorsqu’a eu lieu le Festival de George Town en 2012, l’artiste Lituanien Ernest Zacharevic a peint sur plusieurs murs de la ville. Depuis d’autres artistes font de même. Belle balade organisée par l’office du tourisme qui permet aux touristes de découvrir des quartiers peu connus de la ville et d’apprécier le street art.

Une autre forme de « street art » : du poisson qui sèche, dommage vous n’avez pas l’odeur !

Retour au frais et repos avant d’aller dîner à nouveau au « Red Garden », où nous avons bien ri. Quand le musicien d’ambiance s’est mis au synthé, un vieux monsieur et une vieille dame se sont installés devant la scène et mimaient toutes les paroles des chansons (américaines romantiques style Paul Anka ou Dean Martin) avec gestes d’accompagnement. Un grand moment, surtout le monsieur qui vivait à fond les chants.

30 Août : Journée découverte des environs de George Town : nous prenons le bus pour aller jusqu’à la plage de Penang la plus accessible, Batu Ferringhi. C’est joli, mais ce n’est pas l’une des plus belles plages de Malaisie à ce qu’il paraît. L’eau n’est pas très claire, il y a souvent des méduses, la plage n’est pas très propre, et la couleur de l’eau qui se déverse dans la mer ne nous incite pas à la baignade. De plus, il y a des jet-skis, des bananes et des parachutes ascensionnels tractés par un bateau : pour le calme, on repassera. On préfère la plage de Trincomalee au Sri Lanka.

Retour en ville, avant de reprendre un autre bus qui nous emmène jusqu’à Air Itam, d’où nous prendrons le funiculaire pour aller sur Penang Hill, sommet de l’île : 821 m. La vue sur la ville y est superbe même si c’est un peu brumeux, nous apercevons le continent, et les deux ponts qui relient l’île au continent. Là on se rend bien compte où sont les 500 000 habitants de George Town, et on voit vraiment que la partie classée au patrimoine de l’Unesco est minuscule. Nous y avons passé un très agréable moment surtout qu’il fait moins chaud qu’en bas et qu’il y a de l’air. Nous apprécierons notre repas de la journée en terrasse : potatoes wedges et bière avec à nos pieds George Town et la mer. Pas belle la vie ?

31 Août : grande journée : anniversaire de Daniel, et accessoirement fête nationale malaisienne. En effet c’est aujourd’hui le 60ème anniversaire de l’indépendance de la Malaisie. Il y avait un défilé militaire organisé, mais on l’a loupé, peut être qu’on l’a fait un peu exprès. C’est notre dernière journée ici, nous nous baladons un peu, et surtout profitons du calme de la ville (jour férié oblige) mais rentrons assez vite au frais compte tenu de la très grosse chaleur ambiante. Nous nous sentons bien ici, les gens sont sympas, la vieille ville a énormément de charme. Demain départ en bus pour Melaka avec 7 heures de trajet, en principe  !!!!!

1er septembre : Départ en bus à 9h00, après 1 heure nous arrivons à Butterworth, et attendons jusqu’à 11h00 que le bus reparte. Les chauffeurs font des arrêts et font des « échanges » de clients en fonction des destinations afin d’éviter l’arrêt à Kuala Lumpur. Le temps était meilleur qu’à l’aller (sauf dans les Cameron Highlands), nous avons vu énormément de plantations de palmiers, la Malaisie étant premier pays exportateur et deuxième producteur mondial derrière l’Indonésie. Nous arrivons à Malacca (ou Melaka) vers 19h00. Notre hôtel (Ramada Plaza) se trouve à 10 mn à pied du centre historique de Malacca, classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 2008 (rassurez-vous on ne va pas faire tous les sites classés dans le monde, sinon une année ne suffirait pas 😜). La ville de Malacca est née d’un petit village de pêcheurs fondé au XIVe siècle par Parameswara, un prince hindou de Sumatra. Les Portugais arrivèrent en 1509. Les Hollandais s’emparèrent de la ville en 1641 après un siège de huit mois. Ils y régneront durant 150 ans. Lorsque les Français mirent sous tutelle la Hollande, en 1795, lors de l’instauration de la République batave, les Anglais (alliés
des Bataves) administrèrent provisoirement les colonies hollandaises. En 1824,
Malacca fut définitivement cédée aux Anglais.

2 septembre : ce matin découverte à pied de la vieille ville, comme c’est le week-end, il y a beaucoup de monde, mais l’ambiance est cool. Nous faisons un tour en bateau sur la rivière Melaka. Moment bien sympa, nous discutons avec des Singapouriens venus passer le week-end. A la sortie du bateau, des Malaisiens nous demandent s’ils peuvent faire une photo avec nous, bien entendu c’est ok. On a discuté un petit moment avec eux, ils sont curieux de savoir d’où l’on vient, si on a des enfants etc, … Après retour au frais à l’hôtel, et en fin d’après-midi piscine au 9ème étage de l’hôtel, puis nous dinerons dans un petit restau sympa au bord de la rivière : des vrais touristes quoi.

3 septembre : Visite de la partie classée de la vieille ville : Stadthuys (hôtel de ville). C’est un bâtiment rouge, monument le plus emblématique de Malacca qui fut construit en 1651 et qui reproduit l’hôtel de ville de Hoorn (nord de la Hollande). Il y a pléthore de trishaws : cyclopousses des plus excentriques que l’on ne trouve qu’à Malacca : personnages de B.D. (Pokémon, Mignons, Minie, etc,….), lumières et musique à fond. Nous n’en prenons pas : ce n’est pas notre truc. Les gars qui pédalent à fond, l’avantage c’est qu’avec la musique à « donf » on les entend arriver et on peut se pousser. Nous préférons visiter le musée historique et ethnographique, la résidence du gouverneur (c’est climatisé ce que nous apprécions fort). Ensuite nous montons sur la colline Bukit Saint Paul, où se trouve les vestiges de l’église du même nom, sanctuaire construit en 1521 par un capitaine portugais. Nous avons même vu un vol de cigognes. Notre dernière visite sera pour le palais du Sultan. C’est une réplique en bois du palais du sultan Mansour Shah (qui régna sur Malacca de 1456 à 1477), qui avait été construit sans utiliser un seul clou, d’après les descriptions du palais original figurant dans les Sejarah Melayu (annales malaises).

Nous reprendrons notre visite le soir à la fraîche, même si l’orage et la pluie menacent. Visite de Chinatown, Jonker Walk qui était auparavant la rue des antiquaires. Maintenant on y trouve surtout  des restaus, et des antiquités mais « Made in China » et un marché de nuit tous les week-end.

4 septembre : ce matin, nous allons à la piscine, puis repos au frais. Nous partons en fin d’après-midi en taxi jusqu’à la Mosquée Flottante Selat, située sur l’île artificielle Pulau Melaka. C’est une des rares mosquées construites sur l’eau. L’île se situe dans le détroit de Malacca et des investisseurs chinois sont déjà sur place pour construire un port à destination des croisiéristes ainsi que des centaines d’appartements de vacances. On pense que la ville de Malacca va bien changer en 4 ou 5 ans. La construction de cette mosquée très originale aurait coûté près 3 millions de dollars. La caractéristique la plus marquante de la mosquée est son minaret de 30 mètres de haut qui fonctionne aussi comme un phare, ainsi que son dôme en or massif avec des garnitures bleues visibles de loin qui se trouvent au-dessus de sa principale salle de prière.

 

C’est ainsi que se termine notre super séjour à Malacca, demain nous repartons à Kuala Lumpur.

5 septembre : départ pour Kuala Lumpur, par bus sous le soleil, il nous faudra 2h30 pour y arriver. Nous avons changé d’hôtel (1000 miles) en espérant avoir moins de bruit, mais ce n’est pas sûr, Kuala Lumpur ayant gagné sa place de leader au classement des villes les plus bruyantes que nous ayons visitées dans le monde. L’orage éclate pendant notre installation, du coup on bouquine, on finit l’article en attendant que ça se calme. Puis nous allons traîner et  manger.

6 septembre : bon anniversaire à notre Clément : 7 ans aujourd’hui. Ce matin, nous allons nous promener dans le Kuala Lumpur Forest Eco Park situé à coté de notre hôtel. Il s’agit d’une réserve naturelle de foret primaire d’une superficie de 9 hectares en plein centre de la ville. C’est une forêt de diptérocarpacées ( les plus courageux chercheront la définition). Les habitants de K.L. l’appellent Bukit Nanas (colline des ananas). Nous marchons sur des passerelles dans la canopée. Balade agréable, où le bruit de la ville est légèrement atténué.

En nous rendant dans le quartier de  K.L.C.C. pour la visite d‘Aquaria (cf notre 1er article sur Kuala Lumpur), nous traversons un grand  centre commercial où se prépare un show pour la journée mondiale de l’œuf, le 7 septembre. L’école des Arts de K.L. a décoré des œufs géants qui sont exposés et seront vendus pour des œuvres caritatives. C’est joli et ce sera certainement jour férié en Chine lol, puisqu’ils consomment 40 % de la production mondiale d’œufs (incroyable !!)

La visite d’Aquaria, aquarium de K.L. avec  2,5 millions de litres d’eau de mer est très intéressante. Dans une scénographie fort bien faite, évoluent différentes espèces de poissons (piranhas, mérous, requins tigre, raies, etc….) que l’on trouve dans les zones tropicales. Au cours de la visite, nous passons dans un tunnel vitré de 90 mètres de long avec les poissons qui nagent au-dessus et autour de nous : c’est tout simplement féérique, on s’imagine à la place de plongeurs mais sans être mouillés ni importunés par quelques poissons pas trop sympas. Le centre Aquaria est également un centre de présentation et de protection des écosystèmes marins de la planète. Cette visite clôture agréablement notre séjour en Malaisie.

Demain nous nous envolons pour Bali où nous ne resterons que deux nuits (nous y sommes déjà allés il y a quelques années), puis l’île de Florès pour une bonne dizaine de jours. Daniel se réjouit : nous irons sur l’ile de Rinca voir enfin les varans de Komodo et peut être en ramener un si on a de la place dans les sacs !!!.

 

10 réflexions sur “Pause en Malaisie : une bonne ambiance.”

  1. Bonjour à tous les deux,
    Encore de belles photos, je pense que nous faisons le tour du monde en restant à la maison, c’est super et vos commentaires sont très recherchés. Si vous ramenez un varan avec vous, inutile de me le présenter, j’ai déjà peur avec tous les lézards qui vont et viennent sur la terrasse ! Je vous trouve en forme et c’est tant mieux. BONNE CONTINUATION. et GROS BISOUS.
    Les futurs balméens, le week-end prochain, enfin.

    • Hello les Balméens, nous n’étions pas connectés depuis une dizaine de jours, Florès étant sous équipée ou pas équipée du tout à l’intérieur. Pour les varans, finalement Daniel a renoncé : c’est un peu encombrant et pas vraiment sympathique.
      Ravis de vous avoir désormais comme voisins, mettez le champagne au frais pour quand on rentrera.
      Bises à vous deux.

  2. Dites-donc les voyageurs, n’auriez-vous pas fêté l’anni de Daniel au Mojito en souvenir de nos sorties boulot !?! J’adore cette piscine à l’étage ! Trop fun ! Bisous à vous !

  3. Bonjour
    Toujours autant de plaisir à voyager en votre compagnie !merci encore et gros bisous à vous deux ,

  4. DIABLE!!!! ça donne envie de voir la Malaisie!! vous êtes radieux (même pas le vertige..) Vos images et vos commentaires font vraiment rêver! Les peintures murales sont magnifiques et je vois que « la force » est avec Daniel. Bon anniversaire en retard à lui! et santé à vous deux pour les Mojitos – gros bisous

    • Merci Danielle. Franchement ce que nous avons vu de la Malaisie nous a bien plu, avec des habitants sympas.
      P.S. Les Mojitos étaient excellents. Gros bisous à vous deux

  5. Toujours aussi passionnant !
    Flores est un endroit étrange c ce j avais ressenti
    Mais votre carnet de voyage nous fera vivre un super moment
    Bonne route
    Sylvie