Tonkatsu et Sushi au Pays du Soleil Levant : suite

27 juillet  : Départ depuis la gare de Tōkyō par le Shinkansen jusqu’à Utsunomiya, puis le train régional jusqu’à Nikkō. Nikkō se trouve à environ 150 km au nord de Tōkyō , au pied de montagnes, entourée de forêts de cryptomerias (cèdres du Japon) et de pins. Les temples et sanctuaires de Nikkō sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco.

Arrivés à Nikkō, nous nous achetons une bonne glace, avant de prendre le bus qui nous emmène à la chambre d’hôtes Ikoi, qui se trouve à environ 5 km du centre. Le propriétaire qui nous reçoit ne parle que japonais, mais astucieux il a un bristol avec les instructions en bilingue (ne pas fumer, couper la clim, faire le ménage, etc..). Bref on a réussi à se comprendre. Il nous a bien fait rigoler, avec ses mimiques et ses gestes. Notre chambre est sympa quoique sentant un peu l’humidité. Le temps n’est pas de la partie : il pleut. On redescend en bus jusqu’à Nikkō, on se balade un peu et après nous cherchons un endroit pour manger : pas grand chose d’ouvert là où nous nous trouvons, de plus tout ferme à 20h au plus tard : les japonais mangent tôt. Après dîner (ou goûter vu l’heure) : plus de bus (le dernier part à 18h40) on remonte à pied : petite balade digestive.

28 juillet : Temps toujours tristounet, nous partons en direction de Tōshō-gū sanctuaire shintoïste. L’histoire religieuse de Nikkō remonte au milieu du VIIIe siècle lorsque le moine Shōdō Shōnin (735-817) y fonda un ermitage. Le sanctuaire est en pleine restauration afin de fêter dignement son 400° anniversaire. Nous visiterons le Sanbutsu-dō, tout enfermé dans un hangar de protection construit pour le temps de la rénovation. Puis visite de Taiyūin-byō situé en pleine forêt de cèdres. C’est joli et reposant.

Le temps s’est légèrement amélioré, nous décidons d’aller jusqu’au lac Chūzenji-ko qui se trouve à 1269 mètres d’altitude (172 m de profondeur, 24 km de circonférence, et 11,5 km² de superficie). Ce lac est entouré de montagnes, mais aujourd’hui bof le temps est brouillé. Nous pouvons quand même nous balader un peu au bord du lac. Ensuite nous essayons de voir la cascade de Kegon, trop de brouillard : on ne voit rien. On reprend le bus, on avait l’intention de finir la visite du sanctuaire, mais il tombe des cordes : pas possible. Nous allons dîner et remontons à la chambre (à pied bien sûr). Les parapluies achetés à Pékin nous sont bien utiles.

29 juillet : Nous quittons Nikkō pour nous rendre aujourd’hui à Hakone d’où nous devrions voir le Mont Fuji. Vu la pluie qui tombe à Nikkō ce matin, on se dit qu’en fin de compte nous avons eu du pot hier. Arrivés à la gare d’Odawara, nous prenons un bus pour nous rendre à Hakone, où nous logeons au Ryokan Masuya. Le ryokan est une auberge traditionnelle japonaise dont les chambres sont garnies de tatamis et de futons en guise de lits. Nous y resterons deux nuits.

Maison à Hakone

Pas de chance avec la montagne au Japon, le temps est également bouché et il pleuvine. Nous ne pouvons pas voir le Mont Fuji ce soir, peut-être demain si les cieux sont avec nous ! Après nous être un peu baladé et avoir mangé, nous allons profiter du onsen. L’onsen est un bain naturel alimenté par une source chaude. C’est une véritable institution au Japon, et il y a tout un rituel autour. Normalement il n’y a pas ou peu d’onsen mixte, et en général les tatouages y sont interdits. Comme nous sommes seuls, notre hôte nous a dit que nous pouvions y aller ensemble. De toute façon il y a deux pièces séparées au cas où. Pour y aller nous avons revêtu notre Yukata (kimono en coton) fourni par notre hôte. Arrivés au onsen, nous nous déshabillons (pas de maillot de bain : nudité de rigueur) et mettons nos yukatas dans une corbeille. Ensuite, la douche, puis progressivement, nous entrons dans l’eau (elle est à environ 40°) d’abord jusqu’au ventre, puis on s’immerge tranquillement jusqu’au cou, et relax max. Quand on commence à transpirer : il faut sortir, normalement pas de rinçage afin de préserver les effets bénéfiques des minéraux contenus dans l’eau du onsen, essuyage, yukata et vite la chambre pour ne rien faire. Est-ce l’effet du onsen, le dodo sur le futon ou les deux mélangés, nous avons passé une très bonne nuit.

30 juillet : Le temps ne s’est pas vraiment amélioré, c’est bien bouché et il pleuvine. On se croirait en Bretagne ☔(j’entends déjà certains commentaires du côté de Dingy-Saint-Clair et de Lancieux!).

Bretagne ou Japon ?

Mais nous décidons d’aller à pied jusqu’au lac Ashi. Ce lac s’est formé il y a environ 3000 ans dans le cratère du volcan Hakone. Il mesure 21 km de circonférence et normalement depuis le lac il y a une vue splendide sur le Mont Fuji. Malgré nos efforts pour monter jusqu’au lac, le ciel ne s’est pas vraiment dégagé lorsque nous y arrivons. Nous restons un bon moment dans l’espoir que le ciel se dégage. il y a bien eu quelques brèves apparitions du soleil, mais Monsieur Fuji n’a pas daigné se montrer. Quel capricieux, dire que nous avons fait des dizaines de milliers de kilomètres pour le voir et lui, fait sa star, et reste caché. Du coup, on redescend jusqu’au Ryokan et on profite du temps qui s’écoule calmement. Ce soir on se refait un onsen : c’est trop bon.

Le Mont Fuji est derrière mais où ?

Le lac :

une éclaircie

31 juillet :

Il fait beau quand nous nous levons, alors vite nous nous préparons car on se dit qu’on a des chances de voir le Mont Fuji : et bien non, les montagnes sont encore dans les nuages, dommage.

Hakone avec du soleil :

Nous partons aujourd’hui pour Kamakura (ce fut la première capitale du Japon féodal de 1185 à 1333). Aujourd’hui c’est LA station balnéaire des riches Tokyoïtes. Comme nous arrivons trop tôt pour aller au ryokan (Villa Sacra) nous allons boire une bonne bière eu égard à la chaleur ambiante!!. Nous sommes assis à côté d’un monsieur d’un certain âge (voire un âge certain) qui lit en français le discours de Dominique de Villepin du 14/02/2003 à l’ONU contre la guerre en Irak. Nous commençons à discuter avec lui. Il nous dit qu’il est ingénieur en retraite et qu’il étudie le français depuis 40 ans, que depuis 10 ans il prend des cours à l’alliance française. Un monsieur très intéressant qui parle assez bien notre langue, il est fan d’étymologie. Nous sommes restés ensemble près de 2 heures, un beau moment d’échanges que nous avons apprécié, car rare au Japon, peu de gens parlant anglais ou français. Après l’avoir quitté nous sommes allés au ryokan proche du centre ville, la chambre est petite (9 m²) mais pour deux jours on s’en accommodera. On part visiter un peu les alentours, manger un morceau (il faut bien se sustenter de temps en temps), et retour au bercail.

dans les rues de Kamakura :

1er août : Au programme aujourd’hui : Kotoku-in  temple bouddhiste du courant Jōdo connu notamment pour son grand Bouddha assis en bronze : Daibutsu, c’est le monument le plus célèbre de Kamakura. Il date de 1252 et mesure 11,4 m de haut et pèse 121 tonnes. Il semble qu’il soit le deuxième plus grand bouddha du Japon. On ne les a pas tous vus, loin sans faut.

les tongs de Bouddha

Ensuite nous partons visiter le temple Hase-dera. C’est un des temples des plus populaires de la région du Kantō, sanctuaire de l’école Jōdo qui abrite une statue en bois de 9 m de haut représentant le bodhisattva Kannon (déesse de la miséricorde). Cette statue se serait échouée près de Kamakura en 736 ; le temple fut construit à cette époque pour la conserver. Nous n’avons pas pu la voir car une cérémonie s’y déroulait. De toute façon, il est interdit de la photographier, donc personne ne la verra et pis c’est tout. Près du temple, on trouve un magnifique jardin japonais dans lequel nous nous sommes bien baladés, on a adoré. Tout en haut du jardin : une terrasse avec une belle vue sur Kamakura et sa baie.

Dans le temple Hase-dera :

Protecteurs des enfants

Nous descendons jusqu’à l’océan : c’est la première fois que nous mettons les mains dans l’océan Pacifique. La couleur de l’eau ne nous a pas incité à nous baigner.

Puis nous prenons le train électrique qui longe l’océan pour aller jusqu’à Enoshima, ce qui nous permettra d’aller sur l’île d’Enoshima d’où nous pourrions avoir une vue sur …… le Mont Fuji. Et bien nous sommes maudits, le temps est très orageux, tout est couvert : pas de Mont Fuji. On aura vraiment tout essayé, mais on ne doit pas lui plaire, il ne s’est pas montré. Sur cette île se trouve également un sanctuaire dédié à la déesse de la mer Benzaiten. Nous n’avions pas envie de le visiter (trop de sanctuaires tuent le sanctuaire 😇).

ce que nous aurions pu voir

ce que nous avons vu !

Nous repartons en direction du sanctuaire Jōmyō-ji et sa forêt de bambous, nous n’avons pas vu grand chose : en arrivant nous avons essuyé un orage du tonnerre des dieux (😂)!! Nous avons attendu un bon moment que ça se calme plus ou moins à l’abri, mais il a bien fallu rentrer. Malgré nos parapluies nous étions trempés comme des soupes. Heureusement au ryokan : sèche-linge, sèche-cheveux etc….

quand il pleut, il pleut :

Du coup cet orage nous a coupé dans notre élan et n’avons pas pu voir tout ce qui nous intéressait, et nous partons déjà demain pour Hiroshima.

2 aoûtCe matin en partant à la gare, nous avons été interrogé par de jeunes japonaises (env. 8/9 ans en 1ère année de classe d’anglais) qui faisaient un sondage auprès des touristes étrangers. Elles étaient accompagnées de leur professeure. Elles étaient toutes mignonnes. 

Nous prenons le Shinkansen (en fait deux) pour nous rendre à Hiroshima, il faut 6 heures pour parcourir les 935 km qui séparent Kamakura d’Hiroshima. Nous voyons de très jolis paysages (les photos pas possibles : trop vite), nous apercevons les Alpes Japonaises. Ce qui nous surprend dans tous les trajets que nous effectuons au Japon, c’est la densité de population. Dans les villages c’est serré, mais dans la villes c’est hyper serré. Arrivés à la gare d’Hiroshima, nous prenons un train, puis le tram afin de nous rendre au Wholeearth Ryokan tenu par un japonais de 34 ans assez original qui a déjà visité 35 pays et plus de 100 villes dans le monde. L’hébergement est situé dans un joli quartier périphérique d’Hiroshima à l’atmosphère de village. Nous dormirons sur des futons pas si durs que ça pour nos dos de grands voyageurs décontractés!!. Nous y sommes super bien et y resterons 4 nuits.

dans le train :

Au ryokan Wholeearth :

3 août : il fait un temps superbe et une chaleur superbe aussi. Nous prenons le « street car » (tramway) et le ferry afin de nous rendre sur l’île de Miyajima. Miyajima est considérée comme l’un des trois plus beaux sites du Japon. Elle est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.

Elle est connue pour son torii rouge (en fait plus orange que rouge), porte du sanctuaire d‘Itsujushima-jinja. Nous y arrivons alors que la marée est descendante, bien entendu nous photographions le torii, puis partons visiter le Senjō-kaku, c’est un immense bâtiment édifié en 1587. L’intérieur est impressionnant, piliers et poutres gigantesques. A côté se dresse une pagode à cinq étages très colorée qui date de 1407.

la plus grande spatule à riz du monde !

Comme nous voulons voir le fameux torii quand il aura les pieds  dans l’eau et que nous devons attendre la marée montante, nous décidons d’aller jusqu’au sommet de l’île : le mont sacré Misen (530 m.) couvert de forêt primaire. Soyons honnêtes, nous avons pris les téléphériques pour nous rendre jusqu’à la plateforme d’observation d’où la vue sur la baie d’Hiroshima et les îles est splendide. Après la plateforme, nous sommes montés jusqu’au Mont Misen à environ 30 mn de marche. Le sommet se mérite par 36° et 90 % d’humidité. Près du sommet se trouve un temple où Kōbō Daishi (le saint fondateur de l’école bouddhiste Shingon) médita pendant 100 jours à son retour de Chine au IXe siècle. Près du sommet, se trouve la flamme qui brûle sans interruption depuis que Kōbō Daishi l’a allumée il y a 1 200 ans. Après nous être reposés et avoir admiré la vue, nous redescendrons par le très joli sentier (beaucoup d’érables) qui va jusqu’au sanctuaire d‘Itsujushima-jinja.

On est un peu « à la ramasse » et on décide d’aller manger un Okonomiyaki (plat à base de nouilles, légumes, œuf, cuit sur une plaque) : super bon, accompagné d’une bonne « draft beer » amplement méritée après cette randonnée. La spécialité de Miyajima  : les huîtres (on n’en a pas mangé parce qu’elles sont servies cuites au barbecue!!!!!).

Puis nous visitons le sanctuaire Itsujushima-jinja construit en 593, et rebâti en 1168.

Un couloir d’environ 280 mètres permet de parcourir le sanctuaire et d’aller de l’autre côté de la rive. Comme la marée est haute, nous avons pu admirer le torii « flottant ». Après cette belle journée bien remplie, nous rentrons pour une bonne nuit de sommeil.

4 août : journée dédiée à la visite d‘Hiroshima. Nous nous rendons en premier au Dôme de la Bombe A : c’est le symbole de la destruction d’Hiroshima par la bombe atomique lancée par les américains le 6 août 1945 à 8h15 du matin. «  »Conçu par un architecte tchèque en 1915, le bâtiment fut d’abord le Palais préfectoral de la promotion industrielle d’Hiroshima avant que la bombe atomique n’explose presque juste au-dessus. Tous les gens qui se trouvaient à l’intérieur périrent. L’édifice, bien que partiellement détruit, est pourtant l’un des rares bâtiments à l’épicentre de l’explosion à être resté debout. Après la guerre, décision fut prise de le conserver en l’état et d’en faire un mémorial. Inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco en décembre 1996, ces ruines, éclairées la nuit, sont les vestiges éternels de la tragédie.«  » (cf Lonely Planet). Après nous nous promenons dans le Parc du Mémorial de la paix où se trouvent de nombreux monuments commémoratifs. Il y a beaucoup de monde, des touristes mais également des japonais demandant que l’on signe une pétition contre les armes nucléaires, d’autres qui exposent des affiches d’information sur la deuxième guerre mondiale, etc…. Nous verrons la flamme de la paix qui brulera aussi longtemps qu’il restera, dans le monde, des armes nucléaires. (Elle n’est malheureusement, pas prête de s’éteindre). Puis visite du musée du mémorial de la paix. Musée très bien fait, bien documenté, il y avait des conférenciers, mais en japonais, donc nous n’y avons pas assisté. Ce fut un moment plein d’émotion.

Hiroshima avant l’explosion

Ce qui reste !

Après nous avons marché jusqu’au château médiéval d’Hiroshima (enfin, une reconstitution, l’original ayant été pulvérisé par l’explosion atomique) avant de rentrer « at home ».

5 août : dernier jour à Hiroshima : nous visitons le magnifique parc Shukkei-en. Il fut créé en 1620 pour Asano Nagaakira. qui s’est inspiré du lac de l’Ouest de Hangzhou, en Chine. Shukkei-en signifie « paysage réduit”. Un habile jeu de perspectives permet de représenter en miniature de grands panoramas naturels. Shukkei-en fut entièrement détruit par la bombe (à l’exception d’un grand gingko), mais beaucoup d’arbres et de fleurs repoussèrent l’année suivante. De nombreux habitants vinrent chercher refuge dans cet endroit familier devenu méconnaissable. Cependant, beaucoup ne survécurent pas et furent inhumés dans le jardin. Le jardin et ses bâtiments ont été restaurés et ont retrouvé leur splendeur originelle. Ils servent de décors pour les photos de mariages, et nous avons eu l’honneur d’être invités à prendre une photo avec un jeune couple (la chance qu’ils ont de nous avoir en souvenir lol). On en a profité pour discuter avec un jeune étudiant slovène en voyage pour plusieurs semaines au Japon.

Dernière visite de la journée pour le musée maritime de Kure où est exposée, notamment, la maquette au 1/10° du plus grand cuirassé du monde de la 2ème guerre mondiale, le Yamato. Ce musée présente, outre l’historique portant sur la guerre maritime japonaise depuis le XIXème siècle, un panorama des techniques scientifiques liées à la marine : la construction navale, la fabrication de l’acier, des canons, obus de marine ainsi que l’histoire de Kure (arsenal dont l’emplacement fut choisi par un amiral français -la classe- conseiller de l’empereur) symbole de la modernisation du Japon après l’ère Meiji.  Sont exposés également l’avion de chasse Rei shiki Kanjo sentoki (surnommé zéro par les alliés), la torpille humaine Kaiten (arme suicidaire) et le sous-marin de poche Kairyu. Ce sont tous des originaux. A l’extérieur se trouve le Shinkai, un sous-marin destiné à la recherche, ainsi qu’une pelouse et un parc conçu pour représenter la taille réelle du cuirassé Yamato. En définitive, la visite s’est avérée très intéressante.

Et voilà notre séjour à Hiroshima se termine. Nous avons beaucoup apprécié la région, demain départ pour l’île de KYUSHU.

A bientôt pour de nouvelles aventures.

 

 

 

26 réflexions sur “Tonkatsu et Sushi au Pays du Soleil Levant : suite”

  1. Quel bonheur de vous lire et de vous suivre à travers ce blog ! Votre voyage est magnifique, c’est tellement génial ce que vous faites ! Vous avez l’air de vous éclatez ! Bisous et bonne continuation

  2. Coucou des brestois du Sri Lanka,
    un vrai plaisir de lire votre blog , qui donne des envies d »ailleurs!!
    Bonne continuation et surtout profitez de toutes ces destinations.
    Christine et Daniel

  3. un peu dommage du temps pour le mont Fuji mais quel pays magnifique! et vous êtes rayonnants. On voit le bonheur que vous prenez!

  4. Coucou. Que c est bon de vous lire et vous suivre. Cette étape de votre périple me rappelle de très belles choses…… de voir vos photos me remet de belles images en tête. pleins de gros bisous à vous. Milou

    • Coucou Milou on est content de voir que tu suis assidument nos  »aventures ». En effet le Japon : top on est fan Bisous à tous les 3. Sushi et Tonkatsu

  5. Nous pouvons constater que vous allez bien et c’est tant mieux.
    Quand je vois toutes ces photos et commentaires, je me demande comment vous allez sélectionner des photos pour faire un album qui ne pèse pas une tonne !!!
    Merci de tous ces détails qui nous font voyager sans quitter le plancher des vaches.
    Gros bisous à tous les deux.
    Catherine et Jacques de Poisy….. car nous n’avons pas encore déménager.

    • Coucou les futurs Balméens. Et bien le choix sera difficile, mais nous ferons un album par pays ce qui sera déjà pas mal et qui occupera Marie pendant quelques soirées au retour en France. Ici tout va bien. Jacques on te confirme que la bière est bonne. Bisous à vous deux.

  6. J’ai lu votre compte rendu avec mon petit fils qui est allé au Japon en Avril. Il était heureux de retrouver des lieux connus. Dommage pour le temps capricieux mais que de merveilles à nous faire découvrir ! Bisous savoyards un peu frais, Catherine

  7. hello les voyageurs ! que de belles photos bravo, les jardins sont magnifiques et vous nous donnez envie d’aller visiter ce beau pays
    continuez bien à nous régaler, vous avez une mine splendide, gros bisous
    coco

  8. Hier, lundi : C.P.T. > HAUTELUCE / Col de la Légette. Temps magnifique, panorama splendide du Mt Blanc à la Pierra Menta.
    Ce matin : temps pourri !
    Youpi ! le Monde en sac est « arrivé » et avec lui la balade continue. Pas de dénivelé
    , pas de genoux grincheux, que des photos et des commentaires supers.
    C’est formidable la rando avec vous …
    Bises et bonne route !
    Betty et Michel.

    • Alors on est ravi de voir que vous randonnez sans effort grâce aux nôtres 😜. Contents d’avoir de vos nouvelles. La route continue. Bises à vous deux.

  9. bonsoir Marie et Daniel
    Merci beaucoup super votre voyage au japon
    merci de me ramener le temple Hase Dera (protecteurs des
    enfants) c’est super mignon
    vous êtes en pleine forme l’Onsen et la marche à pied pour toutes
    les visites vous conviennent à merveilles
    nous vous envoyons de gros bisous
    Paulette et Fanfy

  10. Trop bien 😊 ça donne envie d’y aller et pour certains, qui n’ont pas vu le mont Fuji, d’y retourner …. ??? 😜
    Bises à vous deux

    • Daniel dit : le Mont Fuji c’est fini : on ne lui parle plus : on boude na 😜
      Vous pouvez venir au Japon ça vaut le coup.
      Bises à vous deux.

  11. Que vous êtes beaux tous les deux !!! Vous n’avez pas l’air de souffrir de malnutrition ou autre, vous avez l’air tout simplement en pleine forme…
    Très beau reportage sur le Japon et très belles photos, quand aux commentaires ils sont formidables.
    Je me régale toujours autant en recevant de vos nouvelles et croyez bien que j’apprécie le soin que vous apportez à ce travail qui nous procure tant de bons moments et de dépaysement.
    Je vous embrasse affectueusement

    • Marie-France merci pour tes super commentaires qui nous font très plaisir. On te rassure on mange bien, pas toujours japonais surtout le matin : Daniel a du mal avec le poisson séché, par contre les algues ça se mange et ce n’est pas mauvais. On fait des découvertes culinaires. Bisous de nous deux

  12. Tellement touchant ce reportage ! Notamment Hiroshima ! C’est tellement difficile à accepter car ce sont des innocents qui ont payé ! Sincèrement merci pour vos photos et vos commentaires !

    Juste un petit regret : J’aurais aimé que le reportage sur le « Onsen » soit un peu plus documenté et surtout complété par quelques images !

    Plus sérieusement, un beau périple !
    et un grand merci pour nous faire partager tout cela !

  13. De très belles photos avec des explications tjrs aussi intéressantes bisous à vous deux
    Sandrine